Pourquoi je ne veux plus être coiffeuse.

Quand tu choisis d’être coiffeuse, tu choisis les strass et paillettes, la mise en beauté des clientes, leur sourire de satisfaction une fois qu’elles découvrent leur nouvelle tête, les larmes de joie de ces femmes que tu relookes. Tu te dis que tu vas donner des conseils à plein de personnes afin qu’elles se sentent belles, plus sûres d’elle, que tu travailleras avec acharnement et passion pour le plaisir de tes clientes d’amour, dans la joie et la bonne humeur, au pays des bisounours et des licornes qui se font des câlins en mangeant des cupcakes tout roses pleins de petites fleurs en pâte à sucre.

FAUX.

Après 5 ans de galère expérience en coiffure, dans différents salons, je vais t’expliquer pourquoi tout cela n’est qu’une illusion.

  • La plupart des clientes ne sont pas fidèles: elles cherchent un prix et non une qualité. Tu n’y crois pas? Regarde le nombre de personnes mal coiffées dans la rue avec des couleurs ou mèches ratées, et combien il y a de personnes dans les salons pas chers, et dans les salons chers. Je ne veux pas être mauvaise langue hein, mais les faits parlent d’eux-mêmes. (Le premier qui me dit « Ah mais faut chercher à les fidéliser aussi », je lui répondrai que les moyens les plus efficaces de les fidéliser est encore de leur proposer des remises. Le PRIX avant la QUALITÉ)
  • La plupart des clientes, si elles sont fidèles, s’en foutent de toi. Elles viennent seulement pour être coiffées. Si tu n’as pas mangé, que tu es malade, ou que tu as du retard, elles s’en moquent et vont t’en mettre plein la figure, sans une seule seconde se mettre à ta place.
  • Les patrons ne cherchent plus de la qualité, mais de la rentabilité. Donc dans énormément de salons, on te donnera des normes de temps à respecter avec tes clients pour être rentable par rapport au prix de la prestation. Un shampooing coupe brushing? 30€? En 30 minutes ça doit être fait, sinon ce n’est pas rentable! Idem pour les hommes… 20€? En 20 minutes, il faut avoir fait le diagnostic, le shampooing, la coupe et l’encaissement. Emballez c’est pesé. C’est valable autant dans les salons en chaîne que pour les salons indépendants. Il faut également faire un chiffre d’affaire de 3,4x ton salaire brut pour être rentable et ne pas être un « boulet » pour l’entreprise. L’époque du salon cosy et détente? Elle est révolue, maintenant on est en usine. Combien de patrons j’ai eus qui n’étaient pas capables de faire de jolies mèches fines et qui au final faisaient de gros placards pleins de tâches, et des coupes pleines de barres et de défauts, parce qu’il faut aller vite, et que « ça va c’est derrière, elle ne verra rien. » Véridique.
  • Il y a énormément de magouilles dans les salons de coiffure au niveau de la comptabilité, encore une fois pour agrandir les marges tout en rognant les dépenses. Donc certains utiliseront des produits de basse qualité, ou même feront travailler leurs coiffeurs de nombreuses heures supplémentaires, qui ne seront jamais ni rattrapées, ni payées. Le motif infaillible bidon auquel tous les coiffeurs croient? « La coiffure, c’est un métier de passion. Si tu es là pour compter tes heures, change de métier. » J’aime bien la notion de « métier-passion » pour remplacer le terme « d’esclavage moderne« . Bien trouvé.
  • La profession de la coiffure à une très mauvaise réputation. Les coiffeuses sont des « nunuches« , les coiffeurs sont « tous gays« , quand on choisit d’être coiffeur, « c’est par facilité, parce qu’il n’y a pas besoin d’être très futé pour faire ce métier« . Et rien n’est fait pour améliorer cette réputation qui n’est faite que sur des principes:
  • Tu peux être patron de ton entreprise avec un niveau IV, donc à 18-19 ans.
    • Le diplôme permettant ces responsabilités est très très léger niveau juridique, droit du travail ou convention collective, donc il y a énormément d’abus qui sont basés sur la manipulation du patron et l’ignorance des salariés qui disent oui à tout.
    • La plupart des coiffeurs ont commencé à travailler en apprentissage dès 14 ou 15 ans. Donc ils ont été formatés « chaîne de salon » donc rentabilité, et abus de pouvoir par des patrons qui ont profité de leur ignorance. Cela donne donc des coiffeurs qui niquent bien allègrement les lois, parce que « j’ai toujours connu les choses de cette façon, c’est moins contraignant et cela convient à tout le monde« . Selon une de mes anciennes manager, à qui je demandais des jours pour des soins médicaux que je ne pouvais pas faire lors de mes journées de repos à cause d’un vrai souci de santé, elle a refusé. Je lui ai donc sorti l’article de loi disant que dans certains cas ces absences sont autorisées. Sa réponse? « C’est mieux quand on s’arrange entre nous, quand on respecte trop les lois, on se met des barrières.« . Lorsque j’ai menacé mon ancienne animatrice réseau de la balancer aux prud’hommes car j’en avais marre de travailler 40 heures payées 800€ mensuels, elle m’a ri au nez, m’a traitée de « petite révolutionnaire hystérique.« . Le harcèlement moral est énormément présent dans cette profession.
  • Les troubles musculo-squelettiques sont très nombreux: depuis que je coiffe, j’ai des lumbagos, des sciatiques et des cervicalgies à répétition. J’ai la chance d’avoir été épargnée des tendinites au poignet à cause des mauvaises postures et du poids du sèche-cheveu à bout de bras.
  • La concurrence est très rude, et beaucoup n’hésiteront pas à balancer des histoires sur les rivaux afin de remporter sa clientèle, pour faire encore plus de chiffre.
  • Le salaire est misérable: un simple SMIC pour un job ou « on ne doit pas compter ses heures!« , qui fait du mal à ta santé physique et mentale, ou tu n’as jamais de week-ends en famille, ou tes réveillons sont gâchés par des nanas qui veulent des brushings le 24 décembre à 17h, parce qu’elles sont invitées à fêter Noël en famille. Même quand j’étais caissière chez Carrefour, j’étais mieux payée et j’avais plus d’avantages en nature.
  • Parce que oui, quand tu es coiffeur, tu ne te fais pas coiffer dans ton salon, ou alors rarement. Si le patron est sympa, il te dira de venir te faire coiffer sur tes jours de repos gratuitement. Mais si c’est un enfoiré, tu devras payer la prestation comme un client normal, ou avec un petit pourcentage, alors qu’on t’impose de bien présenter pour la clientèle. Et dans de très rares cas, des patrons t’autoriseront à te faire coiffer pendant tes heures de travail, mais tu devras coiffer pendant le temps de pause de ta couleur pour être rentable, ou alors il faut qu’il n’y ait personne dans le salon, et c’est très très rare. Le cordonnier est toujours le plus mal chaussé.
  • L’ambiance dans les salons entre employés est souvent déplorable. Concurrence à celle qui aura le plus de clientèle, à celle qui sera la plus bien habillée, coiffée ou maquillée. Des potins, des blablas par derrière… Une ambiance de nanas pimbêches et superficielles la plupart du temps.

Le jour ou mon enfant me dira qu’il voudra être coiffeur, je ne lui interdirai pas de le faire. Mais je lui dirai tout ce que j’ai vécu dans le moindre détail, et que si il veut s’y aventurer, il sera averti. Il sera payé une misère et pourra faire une croix sur sa vie de famille si il en veut une.

Coiffer, c’est quelque chose que j’aime bien, mais pas assez pour me faire exploiter dans un salon plus de 40 heures par semaine, et coiffer à la chaîne. Je déteste travailler en salon. Je ne suis pas assez « passionnée » pour zapper mes Noëls et mes week-ends entre amis ou en famille: ma vie personnelle est au moins aussi importante, voire même plus, que ma vie professionnelle.

Je garderai la coiffure à domicile comme second job, pour mettre de l’argent de côté pour payer mon mariage et m’offrir quelques plaisirs de temps en temps. Mais coiffer à la chaîne, tous les jours, qu’on m’impose une clientèle quand je n’en ai pas envie, c’est stop. Si je coiffe, je veux en avoir envie et que cela reste un plaisir au lieu de devenir une corvée.

Et toi, tu en penses quoi des salons de coiffure en général?

giphy

9 réflexions sur “Pourquoi je ne veux plus être coiffeuse.

  1. Ton article me fait penser à une conversation que j’ai eu avec une amie coiffeuse pas plus tard que samedi…
    Elle répète certaines choses de ton article, comme quoi c’est vraiment universel…
    Je ne vais jamais dans les salons type Franck Provost ou ce genre de chaînes, je préfère éviter parce que comme tu le dis ils s’en foutent s’ils se ratent…
    Je préfère payer plus cher et sortir contente du salon, certes c’est un coût mais franchement une coupe ou une couleur réussie ça n’a pas de prix !

    Aimé par 1 personne

    1. Ce n’est pas pareil dans toutes les chaines (du moins, j’ai encore cet espoir), mais dans certains salons indépendants ils s’en tapent. La mentalité « coiffeuses » quoi… J’ai eu des nouvelles d’une ancienne patronne par le biais d’un ancien collègue avec qui je suis resté en contact et c’est du n’importe quoi comment beaucoup de coiffeuses peuvent avoir le cerveau pourri et dénué de bon sens.
      Donc maintenant, j’ai décidé de ne coiffer que quand j’en ai envie. Une cliente me demande? Ok si je suis dans le mood. Sinon je refuse ou je propose une date qui ne sera pas tout de suite parce que j’ai aussi autre chose à faire que de coiffer. Je préfère que ça reste une sorte de plaisir ou d’à côté plutôt qu’un fardeau à faire tous les jours. Par exemple là j’ai fait une couleur à une copine, mais parce que j’en avais envie.
      Mais là je me répète, je suis crevée de mon week-end 😀
      Bisous ma belle :*

      Aimé par 1 personne

    1. Je garde ce « talent » pour les personnes qui le méritent et mon plaisir. Je ne veux plus être exploitée pour ça. Pour ce qu’il y a en retour comme remerciements au travail et comme problèmes de santé, ça ne vaut pas le coup.

      J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s